Deep field news- Infos de l'espace

Venez discuter ici des vidéos du site et de celles que vous avez trouvé sur le net concernant les aliens et les ovnis.

Modérateur: FBI


Re: Deep field news- Infos de l'espace

Messagepar jack35 » Lun 6 Aoû 2012 07:28

L'atterrissage du Rover MSL c'est bien passé presque au mètre près. voici les premières photos ce sont des cams qui se trouvent sous le rover pour le guidage de celui-ci sur la première l'ombre de MSL et sur la seconde en bas à droite une roue.

Image


Image
Lakapaomp an douar da drein dre an tu mad (breton). Faisons tourner la terre dans le bon sens.
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
jack35
Sage
 
Messages: 3509
Enregistré le: Ven 10 Avr 2009 08:24
Localisation: Bretagne et Rhône Alpes


Re: Deep field news- Infos de l'espace

Messagepar jack35 » Mer 8 Aoû 2012 11:56

Communiqué de presse
N°25-2012

Première image du satellite météorologique européen MSG-3

Darmstadt/Paris, le 7 août 2012 – Aujourd'hui, l'instrument SEVIRI (imageur visible et infrarouge amélioré non dégyré) de MSG-3, a pris sa première image de la Terre. Cet événement démontre le bon fonctionnement du dernier satellite météorologique géostationnaire européen lancé le 5 juillet, qui entrera en service opérationnel après six mois de recette en orbite.

Chargée des opérations de mise à poste du satellite MSG-3 après son lancement, l'Agence spatiale européenne (ESA) a transféré la responsabilité du satellite à EUMETSAT le 16 juillet.

Cette première image est un succès partagé pour l'ESA, EUMETSAT et l'industrie spatiale européenne. Pour ses programmes obligatoires, EUMETSAT s'appuie sur l'ESA pour le développement des nouveaux satellites et l'approvisionnement des satellites récurrents tels que MSG-3. Tirant le meilleur de l'expertise des deux agences, ce modèle de coopération a fait de l'Europe un leader mondial de la météorologie satellitaire.

Lien vers la première image: http://www.esa.int/esaCP/SEMRFKVXF5H_index_1.html


A propos de l'Agence spatiale européenne

L'Agence spatiale européenne (ESA) est la porte d'accès de l'Europe à l'espace.

L'ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l'Europe et à faire en sorte que les investissements dans l'espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L'ESA compte 19 États membres : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. 17 d'entre eux sont également membres de l'UE. L'ESA a signé des accords de coopération avec 9 autres États membres de l'UE et négocie actuellement un accord avec la Bulgarie. La Pologne s'apprête à devenir le 20e État membre de l'Agence. Le Canada participe à certains programmes de l'ESA au titre d'un accord de coopération.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l'ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

L'ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l'Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale. Aujourd'hui, elle lance des satellites d'observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d'astronomie, elle envoie des sondes jusqu'aux confins du système solaire et elle mène en coopération des projets d'exploration humaine de l'espace.

Complément d'information:

ESA - Bureau des Relations avec les médias
Tél.: +33(0)1 53 69 72 99
Fax: +33(0)1 53 69 76 90
E-mail: media@esa.int

À propos d'EUMETSAT

EUMETSAT, l'Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques, est une organisation intergouvernementale fédérant à ce jour 26 États membres (Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Lettonie, Luxembourg, Irlande, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et Turquie) et 5 États coopérants (Bulgarie, Estonie, Islande, Lituanie et Serbie).

En orbite géostationnaire, EUMETSAT exploite actuellement les satellites Meteosat-8 et 9 sur l'Europe et l'Afrique et Meteosat-7 sur l'Océan Indien.

Premier satellite du système en orbite polaire d'EUMETSAT, Metop-A, lancé en octobre 2006, fournit des données opérationnelles depuis le 15 mai 2007.

Grâce au satellite d'altimétrie Jason-2 lancé le 20 juin 2008, EUMETSAT est désormais en mesure d'assurer une mission de topographie de la surface des océans en sus de ses missions de météorologie et de climatologie.

Les données, produits et services des satellites d'EUMETSAT apportent une contribution essentielle à la prévision du temps et au suivi opérationnel de l'environnement et des changements climatiques à l'échelle de la planète.

Relations publiques d'EUMETSAT:
Tél.: +49 6151 807 3270
Fax: +49 6151 807 7321
press@eumetsat.int
http://www.eumetsat.int
Lakapaomp an douar da drein dre an tu mad (breton). Faisons tourner la terre dans le bon sens.
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
jack35
Sage
 
Messages: 3509
Enregistré le: Ven 10 Avr 2009 08:24
Localisation: Bretagne et Rhône Alpes


Re: Deep field news- Infos de l'espace

Messagepar jack35 » Jeu 13 Sep 2012 18:43

Communiqué de presse
N°27-2012

Paris, le 13 Septembre 2012

Adhésion de la Pologne à la Convention de l’ESA

Le 13 septembre 2012, la Pologne a franchi une nouvelle étape dans ses relations avec l’Agence spatiale européenne (ESA) : la signature de l’Accord d’adhésion à la Convention de l’ESA, qui en fera le 20e État membre.

La cérémonie de signature s’est déroulée au Centre scientifique Copernic, à Varsovie. Étaient présents Monsieur Jean-Jacques Dordain, Directeur général de l’ESA, Monsieur Waldemar Pawlak, ministre polonais de l’Économie, et Grazyna Henclewska, sous-secrétaire d’État au ministère polonais de l’Économie. D’autres représentants gouvernementaux et dignitaires ont participé à la cérémonie, parmi lesquels des membres du Groupe parlementaire polonais chargé des affaires spatiales.

La Pologne et l’ESA entretiennent de longue date des relations de coopération. En 1994, la Pologne a été l’un des premiers pays d’Europe de l’Est à signer un accord de coopération avec l’ESA concernant l’utilisation pacifique de l’espace extra-atmosphérique. La signature d’un Accord d’État coopérant européen, intervenue en 2007, a ensuite ouvert la voie à la participation de la Pologne à plusieurs projets de recherche de l’ESA.

La Pologne, qui possède une longue tradition d’activités aérospatiales, a contribué à de nombreux projets scientifiques et technologiques. Elle a participé activement à plusieurs missions scientifiques de l’ESA dont Integral, Rosetta, BepiColombo et Solar Orbiter, ainsi qu’à des activités d’observation de la Terre dans le cadre d’Envisat et de GMES.

La Pologne est également associée aux travaux de l’ESA dans les domaines de la recherche en microgravité et de l’exploration, au système EGNOS de navigation et au Programme de surveillance de l’espace (essentiellement à la composante Météorologie de l’espace), ainsi qu’à ses activités technologiques et ses projets éducatifs. Le premier satellite polonais, PW-Sat, réalisé par des étudiants, a été lancé en février 2012 par une fusée Vega.

Le gouvernement polonais prévoit de mener rapidement à bien la procédure de ratification. Dès que l’instrument de ratification aura été déposé auprès du gouvernement français, la Pologne deviendra officiellement le 20e État membre de l’ESA et pourra alors participer, en tant qu’État membre de plein droit, à la session ministérielle du Conseil de l’ESA qui se tiendra en novembre 2012.


À propos de l'Agence spatiale européenne

L'Agence spatiale européenne (ESA) est la porte d'accès de l'Europe à l'espace. L'ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l'Europe et à faire en sorte que les investissements dans l'espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L'ESA compte 19 États membres : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Dix-sept d’entre eux sont également membres de l'Union européenne (UE). L'ESA a signé des accords de coopération avec 9 autres États membres de l'UE et négocie actuellement un accord avec la Bulgarie.

La Pologne s'apprête à devenir le 20e État membre de l'Agence. Le Canada participe à certains programmes de l'ESA au titre d'un accord de coopération.

L'ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l'Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale. Aujourd'hui, elle lance des satellites d'observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d'astronomie, elle envoie des sondes jusqu'aux confins du système solaire et elle mène en coopération des projets d'exploration humaine de l'espace.


http://www.esa.int


Complément d’information :

ESA – Bureau Relations avec les médias
Département Communication
Tél. : +33 1 53 69 72 99
Fax : +33 1 53 69 76 90
Courriel : media@esa.int
Lakapaomp an douar da drein dre an tu mad (breton). Faisons tourner la terre dans le bon sens.
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
jack35
Sage
 
Messages: 3509
Enregistré le: Ven 10 Avr 2009 08:24
Localisation: Bretagne et Rhône Alpes


Re: Deep field news- Infos de l'espace

Messagepar jack35 » Mar 18 Sep 2012 05:46

Communiqué de presse
N°28-2012

Paris, le 17 Septembre 2012

Lancement réussi du deuxième satellite météorologique européen sur orbite polaire

Le deuxième satellite Metop a été lancé aujourd’hui par une fusée russe Soyouz qui a décollé du cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan).

Metop-B assurera la continuité des services de surveillance météorologique et atmosphérique fournis par son prédécesseur Metop-A, qui survole le globe d’un pôle à l’autre 14 fois par jour depuis 2006 et dont la durée de vie théorique est désormais dépassée.

Le lanceur Soyouz-Frégate a décollé lundi 17 septembre à 16h28 (temps universel). Les manœuvres auxquelles a procédées l’étage supérieur Frégate ont permis, 69 mn plus tard, de placer le satellite sur une orbite polaire, à une altitude de 810 km au-dessus de l’archipel des Kerguelen (océan Indien).

Développé pour le système de satellites polaires d’EUMETSAT, Metop-B est actuellement placé sous le contrôle du Centre d’opérations spatiales de l’ESA à Darmstadt (Allemagne).

Les systèmes du satellite seront soumis à des essais au cours des prochains jours, avant le transfert officiel de Metop-B à EUMETSAT (également à Darmstadt). Après quoi débutera une période de 6 mois destinée à la mise en service de la charge utile, avant le démarrage proprement dit des services de routine qui seront assurés conjointement avec Metop-A.

Comme l’a déclaré Jean-Jacques Dordain, Directeur général de l’ASE, « le lancement de ce deuxième satellite Metop intervient environ deux mois et demi après celui de MSG-3, ce qui illustre parfaitement la vitalité des programmes de satellites météorologiques européens développés dans le cadre de la coopération entre l’ESA et EUMETSAT. Le fait que l’ESA soit déjà en train de préparer la prochaine génération de satellites montre combien les États membres des deux organisations ont la volonté de poursuivre et d’améliorer la collecte des données qui permettent de fournir des prévisions météorologiques mais également de surveiller et de comprendre le changement climatique. Chaque jour, ces services démontrent que les investissements réalisés dans les infrastructures spatiales ont des retombées positives pour l’économie et la société ».

Volker Liebig, Directeur des programmes d’observation de la Terre à l’ESA, a précisé : « Metop-B va devenir opérationnel alors que Metop-A sera encore en pleine activité. Cela permettra d’assurer la continuité des services sans aucun risque d’interruption dans la fourniture des données. Dans l’intervalle, nous continuerons de travailler avec EUMETSAT en vue de préparer l’avenir avec la deuxième génération de satellites polaires européens ».

À la différence des satellites Meteosat qui observent la moitié de notre planète à partir d’un point fixe à presque 36 000 km d’altitude au dessus du golfe de Guinée, les satellites Metop survolent l’ensemble du globe à une altitude plus basse, ce qui leur permet de fournir davantage de données concernant l’atmosphère.

Outre leur mission de suivi météorologique, les satellites Metop et Meteosat s’inscrivent dans le cadre des activités menées par l’ESA en matière de surveillance climatique, comprenant les satellites expérimentaux d’exploration de la Terre, afin d’étudier notre planète et son atmosphère.

Trois missions d’exploration de la Terre ont été lancées depuis 2009 : le satellite GOCE qui relève les écarts de gravité, le satellite SMOS qui étudie les océans et le satellite CryoSat qui observe les glaces. D’autres missions sont en préparation.

En 2013, l’ESA commencera à lancer les satellites Sentinelle qui surveilleront notre environnement ainsi que le climat dans le cadre de l’initiative de Surveillance mondiale pour l’environnement et la sécurité (GMES) conduite en partenariat avec la Commission européenne.


Notes aux rédactions

À propos des satellites Metop

Premiers satellites météorologiques opérationnels de l'Europe sur orbite polaire, les satellites Metop constituent le segment spatial du Système polaire d'EUMETSAT (EPS) ; ils fournissent des données pour la prévision numérique du temps (NWP) – la base même de la météorologie moderne – et pour la surveillance du climat et de l'environnement.

Évoluant à une altitude de 817 km, les satellites Metop emportent tous le même ensemble d'instruments sophistiqués qui fournissent des données mondiales avec une résolution fine ne pouvant être obtenues que depuis l’orbite terrestre basse, notamment des profils verticaux de la température et de l’humidité atmosphériques, la vitesse et la direction des vents à la surface des océans et les concentrations de certains gaz à l'état de traces.

Les observations réalisées avec Metop-A ont considérablement amélioré les prévisions météorologiques à dix jours et moins. Ces prévisions, essentielles pour sauvegarder des vies humaines et limiter les dommages aux biens, profitent également aux secteurs de l’économie européenne sensibles aux conditions météorologiques, notamment les secteurs de l’énergie, des transports, de la construction, de l’agriculture et du tourisme.

Les trois satellites Metop doivent assurer un service opérationnel sans interruption jusqu'en 2020. Le premier de la série, Metop-A, a été lancé en 2006, le dernier, Metop-C, devrait l’être en 2017.

L’ESA est chargée du développement des trois satellites Metop répondant aux spécifications définies par EUMETSAT, les principaux instruments étant fournis par le CNES et l’Administration nationale des océans et de l’atmosphère (NOAA) des États-Unis. L’ESA assure également l’exécution de la phase de lancement et de début de fonctionnement en orbite pour l’injection des satellites en orbite polaire, avant de les transférer à EUMETSAT pour exploitation.

La maîtrise d'œuvre des satellites Metop a été confiée à EADS Astrium.

EUMETSAT développe tous les systèmes au sol indispensables pour fournir les produits et services aux utilisateurs et pour répondre à l'évolution de leurs besoins, et exploite l'ensemble du système au bénéfice des utilisateurs. EUMETSAT approvisionne également tous les services de lancement de Metop.

Le programme EPS constitue la contribution de l’Europe au système initial conjoint en orbite polaire (IJPS) mis en place avec la NOAA.


À propos de l'Agence spatiale européenne
L'Agence spatiale européenne (ESA) est la porte d'accès de l'Europe à l'espace.

L'ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l'Europe et à faire en sorte que les investissements dans l'espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L'ESA compte 19 États membres : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. 17 d'entre eux sont également membres de l'UE. L'ESA a signé des accords de coopération avec 9 autres États membres de l'UE et négocie actuellement un accord avec la Bulgarie. La Pologne s'apprête à devenir le 20e État membre de l'Agence. Le Canada participe à certains programmes de l'ESA au titre d'un accord de coopération.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l'ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

L'ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l'Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale. Aujourd'hui, elle lance des satellites d'observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d'astronomie, elle envoie des sondes jusqu'aux confins du système solaire et elle mène en coopération des projets d'exploration humaine de l'espace.


Pour tout complément d'information, veuillez contacter :

ESA - Bureau des Relations avec les médias
Département Communication
Tél. : +33 1 53 69 72 99
Fax : +33 1 53 69 76 90
Courriel : media@esa.int


À propos d'EUMETSAT
EUMETSAT, l'Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques, est une organisation intergouvernementale, basée à Darmstadt (Allemagne), qui fédère à ce jour 26 États membres européens (Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Lettonie, Luxembourg, Irlande, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et Turquie) et 5 États coopérants (Bulgarie, Estonie, Islande, Lituanie et Serbie).
En orbite géostationnaire, EUMETSAT exploite actuellement les satellites Meteosat-8 et 9 sur l'Europe et l'Afrique et Meteosat-7 sur l'océan Indien.

Premier satellite du système en orbite polaire d'EUMETSAT, Metop-A, lancé en octobre 2006, fournit des données opérationnelles depuis le 15 mai 2007.

Grâce au satellite d'altimétrie Jason-2 lancé le 20 juin 2008, EUMETSAT est en mesure d'assurer une mission de topographie de la surface des océans et participe désormais à la surveillance des courants marins et du niveau de la mer en sus de ses missions de météorologie et de climatologie.

Les données et produits des satellites d'EUMETSAT apportent une contribution essentielle à la prévision du temps et au suivi opérationnel de l'environnement et des changements climatiques à l'échelle de la planète.


Relations avec les médias
EUMETSAT
Tél. : +49 6151 807 7320
Fax : +49 6151 807 7321
Courriel : press@eumetsat.int
www.eumetsat.int
Lakapaomp an douar da drein dre an tu mad (breton). Faisons tourner la terre dans le bon sens.
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
jack35
Sage
 
Messages: 3509
Enregistré le: Ven 10 Avr 2009 08:24
Localisation: Bretagne et Rhône Alpes


Re: Deep field news- Infos de l'espace

Messagepar jack35 » Ven 28 Sep 2012 18:42

Communiqué de presse
N°31-2012

Premières données de Metop-B depuis l'orbite polaire

Darmstadt/Paris, le 28 septembre 2012 – Quatre des instruments du satellite météorologique Metop-B (AMSU-A, ASCAT, MHS et GRAS) activés cette semaine transmettent actuellement leurs premières données.

Cet événement atteste du bon fonctionnement du satellite polaire Metop-B lancé le 17 septembre et qui sera bientôt en mesure de remplacer Metop-A, son prédécesseur vieillissant, comme satellite principal d’EUMETSAT en orbite polaire, à l’issue des six mois de sa phase de recette en orbite.

Le diffusiomètre avancé ASCAT et le sondeur hygrométrique micro-ondes MHS sont des instruments européens innovants. ASCAT mesure la vitesse et la direction des vents à la surface des océans ainsi que l'humidité des sols sur la terre ferme, tandis que le sondeur MHS renseigne par tout temps sur l'humidité atmosphérique.

Le radiomètre micro-ondes américain AMSU-A (Advanced Microwave Sounding Unit-A) déjà embarqué sur les satellites de la NOAA effectue des sondages de température, indépendamment des conditions météorologiques.

L'instrument GRAS de sondage atmosphérique par technique de radio-occultation des signaux GNSS (Global Navigation Satellite System) mesure la réfraction des signaux GPS qui traversent l'atmosphère. On déduit de ces observations des profils verticaux de la température et de l'humidité dans l’atmosphère. Les données de l'instrument GRAS servent également à la détermination de l'orbite précise du satellite Metop-B avant et après la manœuvre d'arrêt de la dérive, en conjonction avec la télémétrie classique et Doppler.

Les mesures de température et d'humidité, des vents à la surface des océans et de l'humidité des sols sont des paramètres essentiels pour la prévision numérique du temps (PNT), base de la prévision météorologique moderne. Les mesures des vents transmises par ASCAT par tout temps sont utilisées à l'échelle mondiale pour suivre les tempêtes des latitudes moyennes et les cyclones tropicaux.

Ces instruments contribuent également aux longues séries de données nécessaires à l'étude et à la surveillance du climat.

Les premières données transmises par les instruments européens sont un succès collectif partagé par l'ESA, EUMETSAT et l'industrie spatiale européenne. Pour ses programmes obligatoires, EUMETSAT s'appuie sur l'ESA pour le développement des nouveaux satellites et l'approvisionnement des satellites récurrents tels que Metop-B. Tirant le meilleur de l'expertise des deux agences, ce modèle de coopération a fait de l'Europe un leader mondial de la météorologie satellitaire.

Liens vers les premières données:
AMSU:
http://www.eumetsat.int/groups/cps/docu ... su-a_l.png
ASCAT:
http://www.eumetsat.int/groups/cps/docu ... scat_l.png
MHS:
http://www.eumetsat.int/groups/cps/docu ... _mhs_l.png


À propos des satellites Metop

Premiers satellites météorologiques opérationnels de l'Europe sur orbite polaire, les satellites Metop constituent le segment spatial du Système polaire d'EUMETSAT (EPS), fournissant des données essentielles pour la prévision numérique du temps – la base même de la météorologie moderne – et la surveillance du climat et de l'environnement.

Évoluant à une altitude d'environ 817 km, les satellites Metop embarquent tous le même ensemble d'instruments sophistiqués permettant de mesurer très précisément des variables qui ne sont accessibles que depuis l'orbite basse, telles que les profils verticaux de température et d'humidité, la vitesse et la direction des vents à la surface des océans et certains gaz à l'état de traces dans l'atmosphère.

Les observations de Metop-A ont considérablement amélioré les prévisions météorologiques jusqu'à 10 jours d'échéance. Essentielles pour protéger la vie et limiter les dommages matériels, ces prévisions bénéficient également aux secteurs météo-sensibles de l'économie européenne, en particulier à l'énergie, aux transports, à la construction, à l'agriculture et au tourisme.

Les trois satellites Metop doivent assurer un service opérationnel sans interruption jusqu'en 2020. Le premier de la série, Metop-A, a été lancé en 2006, le dernier, Metop-C, le sera fin 2017.

L'ESA est responsable du développement des trois satellites Metop répondant aux besoins d'EUMETSAT. L'ESA assure également les opérations de la phase de mise à poste des satellites sur leur orbite opérationnelle, avant leur transfert à EUMETSAT pour la mise en service et l'exploitation. EUMETSAT développe tous les systèmes au sol indispensables pour fournir les produits et services aux utilisateurs et pour répondre à l'évolution de leurs besoins, et exploite l'ensemble du système au bénéfice des utilisateurs. EUMETSAT assure également l'approvisionnement des services de lancement des satellites Metop.

Les satellites météorologiques opérationnels en orbite polaire constituent le système d’observation partagé par EUMETSAT et la NOAA américaine (Initial Joint Polar System).


A propos de l'Agence spatiale européenne

L'Agence spatiale européenne (ESA) est la porte d'accès de l'Europe à l'espace.

L'ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l'Europe et à faire en sorte que les investissements dans l'espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L'ESA compte 19 États membres : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. 17 d'entre eux sont également membres de l'UE. L'ESA a signé des accords de coopération avec 9 autres États membres de l'UE et négocie actuellement un accord avec la Bulgarie. La Pologne s'apprête à devenir le 20e État membre de l'Agence. Le Canada participe à certains programmes de l'ESA au titre d'un accord de coopération.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l'ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

L'ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l'Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale. Aujourd'hui, elle lance des satellites d'observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d'astronomie, elle envoie des sondes jusqu'aux confins du système solaire et elle mène en coopération des projets d'exploration humaine de l'espace.

Complément d'information:

ESA - Bureau des Relations avec les médias
Tél.: +33(0)1 53 69 72 99
Fax: +33(0)1 53 69 76 90
E-mail: media@esa.int


À propos d'EUMETSAT

EUMETSAT, l'Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques, est une organisation intergouvernementale, basée à Darmstadt (Allemagne), fédérant à ce jour 26 États membres (Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Lettonie, Luxembourg, Irlande, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et Turquie) et 5 États coopérants (Bulgarie, Estonie, Islande, Lituanie et Serbie).


En orbite géostationnaire, EUMETSAT exploite actuellement les satellites Meteosat-8 et 9 sur l'Europe et l'Afrique et Meteosat-7 sur l'océan Indien. Le troisième satellite de la deuxième génération, MSG-3, a été lancé le 5 juillet 2012. Il deviendra Meteosat-10 à conclusion de sa recette en orbite.

Premier satellite du système en orbite polaire d'EUMETSAT, Metop-A, lancé en octobre 2006, fournit des données opérationnelles depuis le 15 mai 2007. Il sera remplacé par Metop-B, qui a été lancé le 17 septembre 2012.

Grâce au satellite d'altimétrie Jason-2 lancé le 20 juin 2008, EUMETSAT est en mesure d'assurer une mission de topographie de la surface des océans et participe désormais à la surveillance des vagues, des courants marins et du niveau de la mer en sus de ses missions de météorologie et de climatologie.

Les données, produits et services des satellites d'EUMETSAT apportent une contribution essentielle à la prévision du temps et au suivi opérationnel de l'environnement et des changements climatiques à l'échelle de la planète.

Complément d'information:

EUMETSAT Media Relations
Tél.: +49 6151 807 7320
Fax: +49 6151 807 7321
press@eumetsat.int
www.eumetsat.int
Lakapaomp an douar da drein dre an tu mad (breton). Faisons tourner la terre dans le bon sens.
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
jack35
Sage
 
Messages: 3509
Enregistré le: Ven 10 Avr 2009 08:24
Localisation: Bretagne et Rhône Alpes


Re: Deep field news- Infos de l'espace

Messagepar jack35 » Mer 3 Oct 2012 07:02

Communiqué de presse
N°32-2012

Paris, 3 Octobre 2012

Mission accomplie pour l’ATV Edoardo Amaldi


Le troisième vaisseau cargo de l’ESA, Edoardo Amaldi, a mené à bien la dernière partie de sa mission de ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS), qui aura duré six mois : lors de sa rentrée dans l’atmosphère, ce jour, il s’est consumé comme prévu au-dessus d’une zone inhabitée du Pacifique Sud.

Le véhicule de transfert automatique (ATV) est le véhicule spatial le plus complexe jamais réalisé en Europe ; c’est aussi le ravitailleur le plus grand et le plus sophistiqué s’amarrant à l’ISS.

L’ATV est également le véhicule spatial le plus lourd au monde, avec plus de 20 tonnes au lancement.

Sa capacité d’emport de fret et d’ergols est inégalée et il peut servir de remorqueur dans l’espace pour rehausser l’orbite de la Station, d’une masse de 400 tonnes, ou pour la mettre hors de la trajectoire de débris spatiaux.

Au cours de sa mission, Edoardo Amaldi a livré près de sept tonnes d’ergols, d’oxygène, d’air et d’eau, ainsi que des équipements scientifiques, des pièces de rechange, des fournitures, des vêtements et des vivres aux astronautes en orbite autour de la Terre. La cargaison sèche se présentait sous la forme d’une centaine de sacs rangés dans huit bâtis, soit deux de plus que lors des missions précédentes de l’ATV.

L’ATV-3 a été lancé le 23 mars par Ariane-5 et s’est amarré à la Station spatiale cinq jours plus tard.

Toutes les manœuvres de l’ATV, y compris l’amarrage autonome, se font sous l’étroite surveillance de son Centre de contrôle, basé à Toulouse (France) et géré conjointement par l’ESA et le CNES.

Actuellement, l’ATV et les vaisseaux russes Progress et Soyouz sont les seuls véhicules capables de s’amarrer à la Station de façon parfaitement autonome, avec redondance intégrée.

Alors qu’il était amarré à la Station, l’ATV-3 a procédé à neuf rehaussements d’orbite pour contrer les effets de la traînée atmosphérique. Sans les manœuvres de rehaussement réalisées par l’ATV et le Progress russe, la Station finirait par retomber sur la Terre.

Le 22 août, la huitième procédure de rehaussement réalisée par l’ATV-3, d’une durée de 40 minutes (presque la moitié d’une orbite), a placé la Station plus haut que jamais, sur une orbite record de 405 x 427 km au-dessus de la Terre.

Au cours des six mois que l’ATV-3 a passé arrimé à la Station, il a fourni à l’équipage un espace supplémentaire de 48 m3. Avant son départ, son module pressurisé a été rempli de matériel à éliminer.

Le vaisseau de ravitaillement européen s’est désamarré le 28 septembre et, après une courte phase de vol libre, il s’est placé sur une trajectoire de rentrée dans l’atmosphère. Edoardo Amaldi s’est consumé en toute sécurité, avec les déchets qu’il contient, dans la haute atmosphère à à 01h30 TU (03h30 heure de Paris).

Son successeur, l’ATV-4 Albert Einstein, est déjà prêt à apporter à la Station spatiale sa prochaine livraison de fret. Il est arrivé le 19 septembre par bateau à Kourou, le port spatial de l’Europe en Guyane française, en vue de son lancement prévu en avril 2013.

L’ATV-5 Georges Lemaître est en cours d’assemblage pour un lancement prévu en avril 2014.


Note aux rédactions

À propos de l'Agence spatiale européenne

L'Agence spatiale européenne (ESA) est la porte d'accès de l'Europe à l'espace. L'ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l'Europe et à faire en sorte que les investissements dans l'espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L'ESA compte 19 États membres : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Dix-sept d’entre eux sont également membres de l'Union européenne (UE). L'ESA a signé des accords de coopération avec 9 autres États membres de l'UE et négocie actuellement un accord avec la Bulgarie.

La Pologne s'apprête à devenir le 20e État membre de l'Agence. Le Canada participe à certains programmes de l'ESA au titre d'un accord de coopération.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l'ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

L'ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l'Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale. Aujourd'hui, elle lance des satellites d'observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d'astronomie, elle envoie des sondes jusqu'aux confins du système solaire et elle mène en coopération des projets d'exploration humaine de l'espace.


Pour en savoir plus : www.esa.int


Complément d’information :

ESA – Bureau Relations avec les médias
Département Communication
Tél. : +33 1 53 69 72 99
Fax : +33 1 53 69 76 90
Courriel : media@esa.int
Lakapaomp an douar da drein dre an tu mad (breton). Faisons tourner la terre dans le bon sens.
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
jack35
Sage
 
Messages: 3509
Enregistré le: Ven 10 Avr 2009 08:24
Localisation: Bretagne et Rhône Alpes


Re: Deep field news- Infos de l'espace

Messagepar jack35 » Mer 21 Nov 2012 19:15

Communiqué de presse
N°38-2012

Accord Meteosat Troisième Génération signé lors du Conseil ministériel

Naples, Italie - 21 novembre 2012 – L'Agence spatiale européenne et EUMETSAT ont signé aujourd'hui l'accord portant sur le système de satellites météorologiques Meteosat Troisième Génération lors du Conseil ministériel de l'ESA à Naples, Italie.

Paraphé par Jean-Jacques Dordain, Directeur général de l'ESA, et Alain Ratier, Directeur général d'EUMETSAT, l'accord détermine les principes de la coopération entre les deux agences concernant l'établissement des diverses composantes du système Meteosat Troisième Génération (MTG) et la réalisation des activités correspondantes.

Après un processus d'examen complexe et rigoureux pour sélectionner le consortium industriel, les négociations qui ont suivi pour parvenir à la signature du contrat intégral et la mise en œuvre des meilleures pratiques de l'ESA pour constituer l'équipe industrielle, cette signature vient conclure la mise en œuvre des décisions sur la coopération MTG approuvées par le Conseil ministériel de l'ESA en 2008.

Cet accord repose sur le modèle de coopération qui fait de l'Europe un leader mondial de la météorologie satellitaire, en tirant le meilleur des compétences des deux agences.

L'ESA développe les prototypes de satellites MTG répondant aux besoins des utilisateurs et spécifications définis par EUMETSAT et assure également l'approvisionnement des satellites récurrents pour le compte de l'organisation.

EUMETSAT développe les systèmes de contrôle au sol et l'infrastructure indispensable pour fournir les produits et services aux utilisateurs et pour répondre à l'évolution de leurs besoins, approvisionne les services de lancement et exploite l'ensemble du système au bénéfice des utilisateurs.

Par l'intermédiaire des contrats conclus avec l'ESA et EUMETSAT, ce processus fait également appel à l'industrie européenne, qui tire parti des activités de recherche et développement menées en amont par l'Europe et voit sa compétitivité et sa croissance ainsi stimulées.

Ce modèle de coopération sous-tend également les efforts conjoints consacrés au programme portant sur la prochaine génération de satellites polaires Metop (Metop-SG), l'autre pilier essentiel de la contribution de l'Europe à la surveillance du temps et du climat pour la période 2020-2040.

Metop-SG est actuellement discuté au Conseil ministériel à Naples et sa souscription proposée par l'ESA à ses États membres à titre de programme facultatif.


À propos de Meteosat Troisième Génération

La série MTG comprendra quatre satellites d'imagerie et deux de sondage. Les satellites d'imagerie MTG-I emporteront un radiomètre imageur combiné (FCI) et un imageur foudre (LI). Les satellites de sondage MTG-S – une première pour Meteosat – emporteront un sondeur infrarouge (IRS) et un spectromètre dans l'ultraviolet, le visible et le proche infrarouge, à fournir par l'ESA dans le cadre de la mission GMES/Sentinelle-4.

Sur les satellites MTG-I, l'instrument FCI balayera le disque terrestre complet toutes les 10 minutes dans 16 bandes spectrales à de très hautes résolutions spatiales comprises entre 2 et 0,5 km. En mode "balayage rapide", il transmettra l'image d'un quart du disque terrestre toutes les 2 minutes et demie.

FCI apportera un soutien accru à la prévision immédiate et à très court terme (jusqu'à six heures d'échéance) des phénomènes météorologiques à fort impact tels que les orages ou le brouillard. Il améliorera également les capacités de surveillance des aérosols, contribuant ainsi sensiblement au suivi de la qualité de l'air.

Grâce à sa meilleure résolution dans l'infrarouge thermique, l'instrument FCI améliorera la détection des feux et renforcera la qualité de divers produits climatiques.

L'imageur foudre surveillera en continu et en temps quasi-réel l'activité électrique, favorisant ainsi la prévision immédiate des orages violents et la production d'avertissements sur les impacts de foudre, des informations qui amélioreront tout particulièrement les services de navigation aérienne près des aéroports et en route.

Sur les satellites MTG-S, le sondeur IRS fournira des profils verticaux détaillés de la température et de l'humidité atmosphériques à une haute résolution spatiale de 4 km. Ces données alimenteront les modèles régionaux sophistiqués de prévision numérique qui seront utilisés dans le futur pour la prévision immédiate et à très court terme.

En mesurant l'instabilité atmosphérique, ce nouveau sondeur contribuera également à la production améliorée et anticipée d'avertissements relatifs aux orages violents et devrait fournir des informations sans équivalent depuis l'orbite géostationnaire sur la composition de l'ozone, du monoxyde de carbone et des cendres volcaniques dans l'atmosphère.

La mission GMES/Sentinelle-4 a pour objectif premier de soutenir le suivi et la prévision de la qualité de l'air en Europe, en synergie avec le sondeur IRS.

À propos de l'Agence spatiale européenne

L'Agence spatiale européenne (ESA) est la porte d'accès de l'Europe à l'espace.

L'ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l'Europe et à faire en sorte que les investissements dans l'espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L'ESA compte 20 États membres: l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. 18 d'entre eux sont également membres de l'UE.

L'ESA a signé des accords de coopération avec 9 autres États membres de l'UE et négocie actuellement un accord avec la Bulgarie. Le Canada participe à certains programmes de l'ESA au titre d'un accord de coopération.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l'ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

L'ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l'Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale.

Aujourd'hui, elle lance des satellites d'observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d'astronomie, elle envoie des sondes jusqu'aux confins du système solaire et elle mène en coopération des projets d'exploration humaine de l'espace.

Complément d'information:
ESA - Bureau des Relations avec les medias
Département Communication
Tél.: +33(0)1 53 69 72 99
Fax: +33(0)1 53 69 76 90
E-mail: media@esa.int


À propos d'EUMETSAT

EUMETSAT, l'Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques, est une organisation intergouvernementale, basée à Darmstadt (Allemagne), fédérant à ce jour 26 États membres (Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Lettonie, Luxembourg, Irlande, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et Turquie) et 5 États coopérants (Bulgarie, Estonie, Islande, Lituanie et Serbie).

En orbite géostationnaire, EUMETSAT exploite actuellement les satellites Meteosat-8 et 9 sur l'Europe et l'Afrique et Meteosat-7 sur l'océan Indien. Le troisième satellite de la deuxième génération, MSG-3, a été lancé le 5 juillet 2012. Il deviendra Meteosat-10 à conclusion de sa recette en orbite.

Premier satellite du système en orbite polaire d'EUMETSAT, Metop-A, lancé en octobre 2006, fournit des données opérationnelles depuis le 15 mai 2007. Il sera remplacé par Metop-B, lancé le 17 septembre 2012.

Grâce au satellite d'altimétrie Jason-2 lancé le 20 juin 2008, EUMETSAT est en mesure d'assurer une mission de topographie de la surface des océans et participe désormais à la surveillance des vagues, des courants marins et du niveau de la mer en sus de ses missions de météorologie et de climatologie.

Les données, produits et services des satellites d'EUMETSAT apportent une contribution essentielle à la prévision du temps et au suivi opérationnel de l'environnement et des changements climatiques à l'échelle de la planète.


Media Relations EUMETSAT:
EUMETSAT
Tél.: +49 6151 807 7320
Fax: +49 6151 807 7321
press@eumetsat.int
http://www.eumetsat.int
Lakapaomp an douar da drein dre an tu mad (breton). Faisons tourner la terre dans le bon sens.
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
jack35
Sage
 
Messages: 3509
Enregistré le: Ven 10 Avr 2009 08:24
Localisation: Bretagne et Rhône Alpes


Re: Deep field news- Infos de l'espace

Messagepar jack35 » Ven 23 Nov 2012 19:29

Communiqué de presse


Achèvement de la conception du réseau spatial EDRS

La conception du Système européen de satellites de relais de données (EDRS) est achevée et a été approuvée. EDRS a reçu le feu vert de son premier client, l'initiative européenne de Surveillance mondiale pour l'environnement et la sécurité (GMES).

EDRS assurera des liaisons de télécommunications rapides, fiables et ininterrompues, et proposera des informations satellitaires en temps réel à la demande. Il sera ainsi le premier système de relais de données exploité commercialement à fournir des services à la communauté de l'observation de la Terre.

Il est conçu dans le cadre d'un partenariat public-privé (PPP) entre l'Agence spatiale européenne (ESA) et Astrium Services et fait appel à des charges utiles emportées par deux satellites placés en orbite géostationnaire, à 36 000 km au-dessus de l'équateur, où leur vitesse de révolution correspondra à la vitesse de rotation de la Terre.

Les données transmises à l'une de ces charges utiles EDRS par des satellites gravitant en orbite basse pourront alors être relayées vers le sol.

La charge utile comprend un terminal laser développé par TESAT (Allemagne) pouvant transmettre jusqu'à 1,8 Gigabits par seconde sur plus de 40 000 km, entre les satellites sur orbite basse et EDRS sur orbite géostationnaire. Une commission de revue de conception composée de membres de haut niveau de l'ESA, d'Astrium et du Centre aérospatial allemand (DLR), a approuvé l'ensemble de la conception du système, depuis les satellites jusqu'au soutien qui sera nécessaire au sol.

L'organisation industrielle est en place ; tous les contrats de sous-traitance ont été négociés et Astrium Services, partenaire de l'ESA, est prêt à commencer la production. " EDRS représente une percée fantastique pour l'Europe sur de nombreux plans, depuis la technologie novatrice du terminal de communication laser, qui est au cœur du système, jusqu'à la fourniture de services opérationnels, à partir de 2014, par l'intermédiaire d'un PPP qui associe des entreprises de premier plan en Europe et des organisations spatiales nationales et européennes " déclare Magali Vaissière, Directeur Télécommunications et Applications intégrées à l'ESA.
" Nous sommes très satisfaits d'avoir mené à bien cette importante revue, grâce à l'excellente coopération mise en place entre les équipes de l'ESA, du DLR, de TESAT et d'Astrium au sein du programme de PPP ", ajoute Evert Dudok, PDG d'Astrium Services.

" Grâce à cette solution technologique innovante, Astrium définit de nouvelles normes pour le transfert de données spatiales ".

" Cette autoroute de données dans l'espace donnera à l'Europe un accès indépendant aux données satellitaires, disponibles à la demande ; elle contribuera à l'efficacité du suivi en temps réel de l'environnement et du climat, facilitera une intervention rapide lors des situations de crise et améliorera l'ensemble de la sécurité publique et civile ".

La première des deux charges utiles EDRS sera placée à bord du satellite Eutelsat-EB9B ; construit par Astrium, il sera positionné à la verticale de l'équateur, à 9°E, et sera opérationnel en 2014.

Le deuxième satellite, qui doit être lancé en 2016, emportera la deuxième charge utile EDRS ainsi que la charge utile Hylas-3 d'Avanti Communications (Royaume-Uni). Ce satellite sera construit par l'Allemand OHB sur la base de la petite plate-forme géostationnaire actuellement en cours de développement par OHB dans le cadre d'un contrat avec l'ESA.
Lakapaomp an douar da drein dre an tu mad (breton). Faisons tourner la terre dans le bon sens.
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
jack35
Sage
 
Messages: 3509
Enregistré le: Ven 10 Avr 2009 08:24
Localisation: Bretagne et Rhône Alpes


Re: Deep field news- Infos de l'espace

Messagepar jack35 » Lun 24 Déc 2012 18:40

Les messages envoyés pour toute l’humanité par les astronautes qui ont travaillé sur la station au cours des 11 dernières années et je trouve que ces messages sont plein d'espoir pour cette fin d'année.

Lakapaomp an douar da drein dre an tu mad (breton). Faisons tourner la terre dans le bon sens.
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
jack35
Sage
 
Messages: 3509
Enregistré le: Ven 10 Avr 2009 08:24
Localisation: Bretagne et Rhône Alpes


Re: Deep field news- Infos de l'espace

Messagepar jack35 » Ven 18 Jan 2013 05:55

Symphonie of Science

Une petite perle, mettre plein écran

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=XGK84Poeynk#![/youtube]
Lakapaomp an douar da drein dre an tu mad (breton). Faisons tourner la terre dans le bon sens.
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
jack35
Sage
 
Messages: 3509
Enregistré le: Ven 10 Avr 2009 08:24
Localisation: Bretagne et Rhône Alpes

PrécédenteSuivante

Retourner vers Index du forum

Retourner vers Alien - Ovni

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité