L'expérience de Philadelphie

Venez discuter ici des vidéos du site et de celles que vous avez trouvé sur le net concernant les crimes et les complots.

Modérateur: FBI


Re: L'expérience de Philadelphie

Messagepar Rosy » Ven 28 Oct 2011 18:27

Dans la technologie d'Orion on parle des ondes scalaires. Voici en quoi cela consiste :

Ondes scalaires

Nota Bene: la science officielle ne reconnaît pas l'existence des ondes scalaires.


Quel intérêt ont-elles?
L'intérêt est qu'elles expliquent le fonctionnement des machines à énergie libre, de la fusion froide, permettent une vision unificatrice des forces électromagnétiques avec la gravité, expliquent le pourquoi de la masse et les effets d'accroissement de masse à vitesse accélérée; et finalement si un génie les intégrait dans une vision globale de l'univers, cela serait certainement le pas majeur suivant dans la physique après celui de la physique quantique au début des années 1900.

Que sont-elles?
Elles sont une forme d'interférence produite par les ondes électromagnétiques classiques, et sont aussi le "bruit" énergétique engendré dans le vide, affublant le vide de cette caractéristique supplémentaire d'être rempli d'énergie.
On les appelle ondes scalaires car essentiellement elles sont caractérisées par leur magnitude (leur grandeur) qui est un scalaire (un nombre permettant de la mesurer), mais malgré tout aussi par une direction (donc comme un vecteur et plus un scalaire). Alors pourquoi cette forme de dénomination? Parceque contrairement à une onde électromagnétique, l'onde scalaire ne vibre pas dans l'espace selon un plan perpendiculaire à sa direction.

Comment se les présenter?
Lorsque deux ondes électromagnétiques de même fréquence et de phase décalée de 180° sont émises en parallèle l'une à l'autre, elles s'annulent l'une l'autre: quand l'une vibre dans un sens, l'autre vibre dans le sens oposé, à chaque instant et chaque endroit de l'espace le long de leur trajet.

Image

La résultante est nulle et produit une onde se propageant dans la même direction, mais ne vibrant plus: une onde scalaire. Oui, car chaque onde électromagnétique véhicule une énergie et la résultante des deux annule le mouvement de vibration, mais les énergies s'additionnent, donc il subsiste quelque chose qui ne vibre plus et se déplace en ligne droite: c'est ça une onde scalaire.

Mais elles vibrent d'une manière différente: par le changement de leur magnitude dans le temps. Elles sont aussi une forme de vibration du temps, une vibration dans la densité du temps car elles altèrent la courbure de l'espace et du temps, puisque le temps est énergie, et donc est sujet aux énergies émises par les ondes scalaires. Ceci prend sa forme lorsqu'on voit qu'en fin de compte le temps est une énergie compressée, comme l'est la matière depuis l'égalitée E=mc².

C'est une pression qui ne se "voit" pas, qui s'exerce sur le vide dans lequel elles se déplacent. On peut s'imaginer deux personnes face à face présentant leurs mains l'une contre l'autre, doigt contre doigt et poussant chacune l'une contre l'autre avec la même force: il y a immobilité des deux personnes, mais une pression énergétique est présente entre les deux mains comprimées par l'effort.

Qui les produit?
Elles sont produites par le vide (la physique quantique prévoit que le vide est rempli de particules virtuelles, c'est à dire indétectables car existant durant des fractions de seconde extrêmement courtes, qui apparaissent et disparaissent), et ces particules émettent des ondes électromagnétiques en interagissant les unes avec les autres, cela des millions de fois par seconde dans chaque micromètre cube d'espace vide. Donc des ondes électromagnétiques de toutes fréquences sont émises, dans toutes les directions, et ces ondes s'annulent les unes les autres, produisant un résultat total nul selon la physique quantique. Selon la physique des ondes scalaires, cela produit des ondes scalaires de toute direction et magnitude: le vide est remplie de pression d'ondes scalaires qui le remplissent d'énergie.

La différence avec la vision quantique, est que l'énergie n'a pas été perdue, mais a été transformée en ondes scalaires qui représentent des lignes de pression dans le continuum espace temps.

Mais les ondes scalaires sont absorbées par la matière, qui en réémet à son tour; et ainsi les ondes scalaires sont échangées à chaque instant par toute particule de matière. La matière absorbe et réémet des ondes scalaires, qui sont donc une énergie qui circule comme une forme de respiration.

Image

Lien avec les potentiels
Selon la vision de Bearden, les forces de la nature dans le cadre de l'électromagnétisme et de la gravitation, sont dérivées d'un potentiel qui est matérialisé comme étant un flot d'ondes scalaires.

Image

Il représente les potentiels comme une rivière qui coule: si on met un objet dans le courant, on voit qu'il est poussé (comme une particule électrique est poussée si elle est sumise à un potentiel électrique). On peut mettre autant d'objets qu'on veut dans l'eau, ils seront poussés, et on ne peut pas mesurer la force du flux de l'eau par le nombre d'objets qu'on met en travers. De plus le flux d'eau se renouvelle constamment par écoulement et repousse tout nouvel objet mis au même emplacement.

La rivière représente un potentiel (électrique, magnétique, gravitationnel); et l'écoulement du flux, le "rechargement" du potentiel est assuré par des ondes scalaires émises par l'objet générateur de ce potentiel. On va voir l'intérêt de cette idée juste après.

Lien avec la gravité
Image

Les ondes scalaires sont des ondes gravitiques lorsqu'elles sont piégées en résonnance entre deux corps. En effet, chaque particule émet des ondes scalaires et en reçoit. Imaginons deux particules A et B proches l'une de l'autre et émettant chacun des ondes scalaires. Chacune absorbe les ondes de l'autre et en réémet. Pour certaines fréquences d'ondes scalaires, et en fonction de la distance qui les sépare, une résonnance se produit; qui lie les deux particules l'une à l'autre: c'est la gravité. Plus les objets sont proches, et plus le nombre d'onde scalaire émise par l'un est absorbé par l'autre (ils se présentent une plus grande surface) et donc plus la résonnance entre ondes scalaires a lieu et l'attraction gravitique est grande: voilà pourquoi l'attraction gravitationnelle change avec la distance.

Image

Il est alors possible d'augmenter la gravité d'un objet en lui émettant plus d'ondes scalaires, ou soustraire de la gravité en lui faisant émettre plus d'ondes scalaires qu'il en reçoit (en magnitude scalaire). Un objet qui se déplace comprime les ondes scalaires qu'il émet dans la direction de son déplacement, les rendant plus nombreuses devant lui: dans cette direction précise on perçoit plus d'ondes scalaires venant de lui, donc il parait plus massif (c'est l'augmentation de la masse avec la vitesse dans la direction du déplacement et pas dans la direction transverse). La matière représente un effet capacitif d'absorbtion des ondes scalaires qu'on appelle sa masse.

Image

Lien avec le temps
Les ondes scalaires agissent sur le temps, car elles modifient la "vitesse" du temps. elles changent la densité du temps, et les effets peuvent être mesurables effectivement avec des générations d'ondes scalaires concentrées en un point de l'espace. Les ondes scalaires courbent en effet l'espace-temps.

Dans un autre document, Bearden parle d'une expérience de production d'ondes scalaires qui a perturbé l'écoulement du temps pendant plusieurs jours: les horloges, qu'elles soient électroniques ou mécaniques avançaient parfois plus vite, parfois, moins; le temps que la matière réémette la totalité des ondes scalaires en trop plein qu'elle avait absorbée; pour que la situation redevienne normale.

Comment créer des ondes scalaires?
Image

Par interférence d'ondes électromagnétiques classiques, on produit des zones destructives et d'autres constructives des ondes. Mais les zones destructives correspondent à des zones de création d'ondes scalaires. Il est assez aisé de produire des ondes scalaires finalement. Le toute étant de savoir qu'elles existent, qu'elles sont créées, de canaliser leur direction.

Mais l'inverse est aussi vrai, si on a des producteurs d'onde scalaire, on peut interférer des ondes scalaires à distance pour ensuite produire par interférence des ondes électromagnétiques. Ainsi on transporte de l'énergie électromagnétique à distance, sans qu'elle soit perceptible le long de son chemin.

Image

Potentiel militaire
J'avais depuis longtemps entendu parler de la "technologie de la lumière" et des sources conspirationnistes parlent depuis longtemps d'une technologie capable de tuer à distance, faire exploser à distance, manipuler la météo, etc.

Dans la suite de son livre électronique, Bearden nous donne des témoignages mettant en évidence l'utilisation des ondes scalaires comme arme militaire un peu partout dans le monde. Ces armes ont remplacé et supplanté les armes nucléaires, raison du désarmement nucléaire engagé par les deux blocs, est et ouest, à l'époque de la fin de la guerre froide.

Image
Image
On retrouve des schémas comme ceux utilisés par Tesla, la production d'un "rayon mortel", le "death ray" cher à Tesla, qui avait découvert les ondes scalaires et leur utilisation militaire potentielle.
Image
Ensuite il suffit de se demander à quoi servent et comment marchent les antennes de HAARP. On savait qu'elles émettent des ondes électromagnétiques, mais voilà comment on utilise leur potentiel: par la création d'ondes scalaires. Car les ondes scalaires ont un effet sur le coeur de la matière, maintenant en place ou non la cohésion du noyau des atomes; permettant de refroidir ou réchauffer des zones d'atmosphère, etc.

Source : http://www.conspirovniscience.com/ondesscalaires.php
Par les terres raisonnent les égos, par l'éther résonnent les égaux (source: moi-même)
Avatar de l’utilisateur
Rosy
Sage
 
Messages: 1195
Enregistré le: Jeu 28 Juil 2011 14:41
Localisation: Ardennes Hautes Fagnes


Re: L'expérience de Philadelphie

Messagepar gegecat » Jeu 17 Nov 2011 19:15

Si, le scalaire est connu en mathématique et en physique et dans d' autres domaines( mais pas comme onde, tu as raison Rosy ), explication :

Un vrai scalaire (Un vrai scalaire est un nombre qui est indépendant du choix de la base choisie pour exprimer les vecteurs, par opposition à un pseudoscalaire, qui est un nombre qui peut dépendre de la base.) est un nombre (Un nombre est un concept caractérisant une unité, une collection d'unités ou une fraction d'unité.) qui est indépendant du choix de la base choisie pour exprimer les vecteurs, par opposition à un pseudoscalaire, qui est un nombre qui peut dépendre de la base.

Le mot scalaire est un terme de la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée sur l’observation ou...) des quaternions ; il provient du latin scala qui signifie échelle. C'est une quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un groupe de...) qui a une magnitude mais pas de direction, à l'opposé des vecteurs, qui ont une direction, une magnitude et un sens. La multiplication (La multiplication est l'une des quatre opérations de l'arithmétique élémentaire avec l'addition, la soustraction et la division .) d'un quaternion (Les quaternions, notés , sont un type de nombres hypercomplexes, constituant une extension des nombres complexes, extension similaire à celle qui avait conduit des nombres réels aux...) par un quaternion scalaire, permet d'agrandir, ou de contracter, c'est-à-dire de changer d'échelle. Cela correspond à la multiplication d'un vecteur (En mathématiques, le vecteur est un objet véhiculant plus d'information que les nombres usuels, ou scalaires, et sur lequel on peut effectuer des opérations simples.) par un scalaire. Un scalaire est représenté soit par des lettres en romain soit par des lettres en italique.

En mathématiques, un scalaire est un élément de l'anneau de base d'un module ou du corps de base d'un espace vectoriel (En algèbre linéaire, un espace vectoriel est une structure algébrique permettant en pratique d'effectuer des combinaisons linéaires. Pour une introduction au concept de vecteur, voir...). C'est souvent un nombre réel (En mathématiques, un nombre réel est un objet construit à partir des nombres rationnels, qui modélise la notion de longueur et d'autres grandeurs...) ou complexe.

En physique, une quantité scalaire est une quantité pouvant être décrite par un seul nombre et l'unité correspondante. Les quantités scalaires sont invariantes par rapport aux rotations de coordonnées (et aux transformations de Lorentz en théorie de la relativité).

Un scalaire est un tenseur (Tenseur) d'ordre 0. Les quantités non scalaires sont dites pseudoscalaires.

Exemples
Un nombre qui mesure une température (La température d'un système est une fonction croissante du degré d'agitation thermique des particules, c'est-à-dire de son énergie thermique. Elle est définit par l'équilibre de transfert de chaleur avec d'autres systèmes.), une masse (La masse est une propriété fondamentale de la matière qui se manifeste à la fois par l'inertie des corps et leur interaction gravitationnelle.), ou une hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) est un scalaire.

Une grandeur scalaire (température, masse, ou hauteur) est un scalaire muni d'une unité.

La coordonnée d'un vecteur dans une base est un réel (nombre sans unité).

Un nombre issu d'une opération entre vecteurs peut être un pseudo ou un vrai scalaire selon que les vecteurs opérandes sont des pseudovecteurs ou des vecteurs vrais.

La vitesse (La vitesse est une grandeur physique qui permet d'évaluer l'évolution d'une quantité en fonction du temps.) d'un objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une...) ponctuel (En géométrie, un point est le plus petit élément constitutif de l'espace de travail.) est un vecteur : elle est définie par un scalaire associé à une direction et un sens. De même pour l'accélération d'un objet ponctuel. La valeur de la vitesse ou de l'accélération est une grandeur scalaire (donc avec une unité).

En mathématiques, le déterminant d'une matrice ou d'une famille de vecteurs n'est pas un scalaire : il dépend de la base choisie. Après un changement de base entre bases orthonormées, une permutation (En mathématiques, la notion de permutation exprime l'idée de réarrangement d'objets discernables. Une permutation de n objets distincts rangés dans un...) des vecteurs de base suffit à changer le signe du déterminant. Le signe de celui-ci varie selon que la base est directe ou indirecte. C'est donc aussi le cas pour le produit mixte (En géométrie, le produit mixte est le nom que prend le déterminant dans un cadre euclidien. Sa valeur absolue s'interprète comme le volume d'un parallélotope.) de 3 vecteurs puisque il est défini par un déterminant.

Biologie
Le scalaire (Pterophyllum scalare) est un poisson de la famille des cichlidés.

Géographie (D'un point de vue étymologique, la géographie est l'étude de la surface de la Terre. Le mot, inventé par Ératosthène pour un ouvrage aujourd'hui perdu, provient du grec ancien "η γη" (hê gê) la Terre et...)
Une démarche multiscalaire a pour but de comprendre l'organisation et l'aménagement d'un territoire en l'étudiant à différentes échelles : mondiale, continentale, nationale, régionale, locale par exemple.

Informatique (L'informatique désigne l'automatisation du traitement de l'information par un système, concret (machine) ou abstrait. Dans son acception courante, l'informatique désigne l'ensemble des sciences et techniques...)
Un processeur est dit scalaire s'il ne traite qu'une seule donnée (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement,...) à la fois. Il est superscalaire si, grâce à son architecture (L’architecture, terme issu du latin architectura, mot tiré du grec αρχιτεκτων (« maître-maçon ») de...) parallélisée, il est capable d'en traiter plusieurs. Les processeurs scalaires sont parfois mis en opposition avec les processeurs vectoriels. Pour plus de détails, se référer aux articles suivants :

•Pipeline (informatique)
•Processeur superscalaire
•Processeur vectoriel
On parle aussi de valeur ou de variable (En mathématiques et en logique, une variable est représentée par un symbole. Elle est utilisée pour marquer un rôle dans une formule, un...) scalaire pour désigner une valeur ou un contenant destiné par son type à contenir une valeur atomique. On oppose valeur atomique à valeur composite. Un entier, un nombre flottant sont des valeurs atomiques. Un tableau (Tableau peut avoir plusieurs sens suivant le contexte employé :) ou une table associative sont des valeurs composites. Une valeur composite est une structure de données composée récursivement ou non de valeurs scalaires. Une chaîne de caractères (En informatique, une chaîne de caractères est une suite ordonnée de caractères. La chaîne de caractères est un type de donnée...) peut être considérée comme un tableau ou une valeur scalaire selon le langage de programmation (Un langage de programmation est un code de communication, permettant à un être humain de dialoguer avec une machine en lui soumettant des instructions et en analysant les données...).

Source: Techno-science.net

Bon, 2 aspirines pour faire passer tout ça... :)
Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça. Coluche.
Avatar de l’utilisateur
gegecat
Enquêteur confirmé
 
Messages: 353
Enregistré le: Mer 6 Avr 2011 20:12
Localisation: 3 ème planète après le Soleil direction Saturne


Re: L'expérience de Philadelphie

Messagepar Rosy » Lun 19 Déc 2011 16:43

:?: :?:
Donnes-moi deux aspirines aussi !
Heu ... je n'ai pas dit qu'on ne pouvait pas trouver les scalaires dans les ondes ... :? je pense que tu t'égares entre la définition de triangle et de petits poissons :)

En résumé : Tom Bearden voit les ondes scalaires comme la réunion de l'électromagnétisme et de la gravité.
Site de Tom Bearden : http://www.cheniere.org/misc/index.html
Par les terres raisonnent les égos, par l'éther résonnent les égaux (source: moi-même)
Avatar de l’utilisateur
Rosy
Sage
 
Messages: 1195
Enregistré le: Jeu 28 Juil 2011 14:41
Localisation: Ardennes Hautes Fagnes


Re: L'expérience de Philadelphie

Messagepar gegecat » Lun 19 Déc 2011 16:51

Rosy a écrit:
Heu ... je n'ai pas dit qu'on ne pouvait pas trouver les scalaires dans les ondes ... :? je pense que tu t'égares entre la définition de triangle et de petits poissons :)

En résumé : Tom Bearden voit les ondes scalaires comme la réunion de l'électromagnétisme et de la gravité.
Site de Tom Bearden : http://www.cheniere.org/misc/index.html


Ais je dis le contraire ?!... Non... Suffit de lire... :roll: C' était par rapport à ça :
Nota Bene: la science officielle ne reconnaît pas l'existence des ondes scalaires.

Je me suis sans doute mal exprimé...

Non, je ne m' égare pas entre les triangles et les petits poissons... :lol:

Je donnais les différents cas où l' on utilise le terme scalaire... Nuance...
Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça. Coluche.
Avatar de l’utilisateur
gegecat
Enquêteur confirmé
 
Messages: 353
Enregistré le: Mer 6 Avr 2011 20:12
Localisation: 3 ème planète après le Soleil direction Saturne


Re: L'expérience de Philadelphie

Messagepar basalte » Dim 8 Jan 2017 03:57

Rosy a écrit:
Au bout d'un moment, les chercheurs ont ramené le ballon météo à terre avec l'aide d'une corde attachée à lui auparavant. Ils étaient extrêmement surpris de voir qu'un chronomètre placé dans le ballon météo indiquait la date du 27 janvier 1965, le même jour mais il y a 30 ans.

L'expérience a été répétée plusieurs fois après que les chercheurs aient constaté que l'équipement était en bon état. Mais chaque fois que la montre était de retour elle a indiqué le passé. Le phénomène a été appelé "la porte temporelle" et a été rapporté à la Maison Blanche.

Aujourd'hui l'enquête sur ce phénomène peu commun est en cours. On suppose que le cratère tourbillonnant au-dessus du Pôle Sud est un ‘’ tunnel ‘’ permettant de pénétrer dans d'autres temps… !

Salut;
le pôle sud tout comme au pôle nord est moins protégé par la ceinture de Van Allen qui nous protèges des vents Solaire et c'est pour cela qu'on voit plus d'aurore polaire a ces endroits, il y a donc a ces endroits des champ magnétique causé par l'entrée des ions venant du Soleil a mon avis, puis je sais maintenant qu'il y a des effets relativiste causé par des champs magnétique,
voici une référence;
http://gnralsujet47.blogspot.ca
merci de votre attention et de votre intérêt
Avatar de l’utilisateur
basalte
Aspirant
 
Messages: 1
Enregistré le: Dim 8 Jan 2017 03:02

Précédente

Retourner vers Index du forum

Retourner vers Crime - Complot

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité