Visites nocturnes éprouvantes ...

Venez discuter ici des vidéos du site et de celles que vous avez trouvé sur le net concernant les fantômes et les esprits.

Modérateur: FBI


Re: Visites nocturnes éprouvantes ...

Messagepar DRACULA » Dim 29 Sep 2013 13:03

Episode 8

Les vacances de Pâques arrivèrent après un second trimestre fort plaisant et studieux. Mes résultats scolaires enchantèrent mes parents qui m'offrirent la possibilité de partir trois jours avec mon parrain, ma marraine et Isabelle. La destination était un petit chalet en montagne appartenant à leur famille. Une belle récompense.

Maman avait préparé ma valise et m'avait donné quelques dernières recommandations . Ce vendredi, en fin d'après-midi, la voiture de mon parrain se gara dans la cour de la propriété. Tout le monde avait le sourire et la joie de partir jusqu'à dimanche m'enivrait. Je chargeais mon bagage dans le coffre et m'installais à l'arrière du véhicule.

Tout le long de la route sinueuse qui nous emmenait à la montagne, Nous bavardions en riant. La nuit était tombée depuis un long moment lorsque nous arrivâmes devant un petit chalet en bois. Un de ces chalets qui évoquait les jouets me permettant de construire de petites maisons de bois presque semblables. "Jeu-Jura" en était la marque...

Ma marraine nous conseilla de monter à l'étage afin de préparer nos chambres et nos lits. Isabelle et moi montâmes donc à l'étage le long d'un escalier étroit et raide. Là, des deux côtés, il y avait une porte. Chacun choisi sa chambre. De toutes petites pièces d'environ quatre mètres sur trois contenant une armoire étroite, un lit de métal et une chaise devant une minuscule table sous la fenêtre aux volets fermés.

De mon bagage, je sortai le sac de couchage afin de l'étaler sur le lit. Avisant une des deux couvertures, pliées et posées sur la table, j'en recouvrai le sac. Je disposais quelques affaires tirées du bagage pour les déposer sur la chaise. Je m'assis sur le lit en sautillant plusieurs fois, découvrant ce qui serait mon logis pour deux nuits. Je tapotais le pelochon...

Isabelle vint me rejoindre pour m'annoncer qu'elle avait, elle aussi, déjà tout rangé. Nous ouvrîmes la fenêtre puis les volets. Dehors, la nuit était étoilée et, en bas, dans la vallée, les lumières du village offraient un spectacle grandiose et rassurant. Malgré la fraîcheur, nous restâmes ainsi à contempler la nuit. Soudain, brisant le silence, la voix de ma marraine, résonna au bas de l'escalier. On nous demandait si tout allait bien et si nous voulions bien descendre pour préparer la table.

Arrivé en bas, une douce chaleur et une agréable odeur de flambée de bois nous procura une sensation de bien-être incomparable. Mon parrain avait allumé le feu dans la cuisinière. Ma marraine était entrain de réchauffer, au four, un délicieux gratin Dauphinois préparé à midi. D'agréables effluves de cuissons nous caressaient les narines, aiguisant nos appétits. Isabelle et moi étions conviés à préparer la table.

Vers vingt heure, nous passions à table. Il faisait bien chaud et l'odeur du gratin avait définitivement envahi cette partie du petit chalet. La porte de la chambre des parents d'Isabelle soigneusement fermée et la porte de la minuscule salle de bain ouverte pour permettre à la chaleur d'y entrer.

Nous nous régalâmes d'un dîner qui me paru le meilleur du monde. Surtout qu'en dessert, une sublime tarte aux prunes vint clore un repas somptueux. Nous aidâmes à la vaisselle avant d'avoir le droit de sortir, à condition toutefois, de rester aux abords immédiats de la demeure. Il était déjà vingt et une heure trente et à vingt deux heure, il nous fallait rejoindre nos chambres.

Grace à une nuit étoilée, dans un ciel d'encre et dégagé, nous pouvions très bien dicerner les sapins, les hêtres et les grands chênes qui entouraient le chalet, formant un demi cercle parfait. En bas, scintillaient les lumières lointaines des habitations. En face, les sommets noirs se détachaient sur les étoiles. C'était grandiose. Malgré le froid...

Nous faisions le tour du chalet. Chaudement vêtus, la buée sortant de nos narines et de nos bouches nous rappelait quand même qu'en altitude, l'hiver n'avait pas encore fait place au printemps.

Nous devisions en chuchotant lorsque soudain, Isabelle me saisissant le bras, me montra une forme noire se détachant sur les lumières du village. Nous restâmes sans bouger, regardant cette silhoutte noire, immense, à quelques dizaine de mètres de nous. Un être qui semblait nous scruter avec la même attention que nous le faisions à son encontre.

Cette "apparition" dura une bonne minute. Nous étions pétrifiés de peur, incapables de nous enfuir en courant, incapables de pousser le moindre cri. Le silence était total. Le temps était devenu soudain glacial. Lentement, la silhoutte sembla glisser vers la pente descendante pour disparaître presque instantanément, comme éteinte par un interrupteur. Curieusement, en même temps, les bruits de la forêt reprirent...

Avec le recul, nous n'avions vu qu'une forme vaguement humaine, semblant plus grande que la "normale". Aucun détail, juste cette silhouette. Il était donc impossible d'y apporter une autre description.

En rentrant, tremblants, nous avons relaté notre aventure aux adultes. Mon parrain est sorti pour faire le tour de la maison, ma marraine regardant par les fenêtres. Isabelle et moi, cessant de frissonner, n'avions plus trop envie de rester là, dans la solitude de la montagne. Mon parrain et marraine nous rassurèrent, nous affiramant qu'à quelque centaines de mètres se trouvait une Ferme-auberge. Qu'un promeneur était sans doute passé à proximité. Qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter et que, pour la nuit, l'unique porte serait fermée à double tour.

Une fois montés dans nos chambres, Isabelle vint me rejoindre et nous nous endormions ensemble dans l'innocence d'un sommeil d'enfants sans autres phénomènes ou manifestations pour perturber notre nuit.

La journée de samedi fût faite de promenade, d'un repas de midi à la Ferme-auberge et d'un après-midi au centre hippique distant d'environ huit cent mètres. Nous ne pensions déjà plus à l'apparition de la veille.

Ce n'est que dans la nuit suivante que...

Image
Je poste mes textes sur les forums de mon choix et sous le pseudo de mon choix, car tel est mon bon plaisir.
Tous droits réservés - © - Depuis mon Blog -
Avatar de l’utilisateur
DRACULA
Curieux
 
Messages: 31
Enregistré le: Mar 15 Fév 2011 12:17
Localisation: Dans mon Manoir


Re: Visites nocturnes éprouvantes ...

Messagepar Amely » Ven 30 Mai 2014 11:16

Que? J'aime ton style d'écriture DRACULA, il mélange récit et poésie je trouve. :). Ton histoire est très plaisante à lire et ta façon d'écrire nous plonge dans la situation, j'ai l'impression de la vivre en même temps! Je suis impatiente de lire la suite!
Avatar de l’utilisateur
Amely
Aspirant
 
Messages: 13
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 11:33


Re: Visites nocturnes éprouvantes ...

Messagepar Steffy » Ven 30 Mai 2014 14:19

J'aimerais vraiment que tu continue à nous relater tes aventures Dracula, je me demande si tu en faisais un livre si cela n'aurait pas un franc succés. Moi en tout cas j'achèterais ton livre.
Les paroles sages tombent quelquefois dans l'oreille d'un sourd;mais un mot gentil n'est jamais perdu.
Arthur Helps.

http://pixelistreet.canalblog.com

Modératrice
Avatar de l’utilisateur
Steffy
Enquêteur confirmé
 
Messages: 470
Enregistré le: Ven 3 Mai 2013 21:18


Re: Visites nocturnes éprouvantes ...

Messagepar Emy73 » Dim 13 Juil 2014 10:43

VOICI CE QUE J AI POSTER SUR LA RUBRIQUE VOIX INEXPLIQUEE MAIS IL Y A AUSSI DE LA VISITE NOCTURNE

bonjour

après avoir perdu mon père dans un accident il s'est manifesté 4 fois chez moi hors quand il est décéder je vivais encore chez ma mère.
la 1ere fois
il s'est manifesté dans la chambre de mon fils nous étions coucher il était 1h d'un coup quelque chose tombe mon fils se lève et par en pleurant en direction de ma chambre je vais dans la sienne voir ce qu'il se passe, rien n'avait bouger et j'ai senti un courant d'air me traverser je frissonnais.
La 2ème fois
dans ma chambre je dormais la nuit j'ai pour habitude de dormir avec les volets entre ouvert et cette nuit là je ne saurais dire pourquoi je les ai fermer jusqu'en bas et vers 4h du matin je me réveille avec une oppression sur la poitrine j ouvre les yeux à ma droite debout a côté de moi se trouve mon père; je veux crier de toute mes forces mais je n y arrive pas je ne peux pas respirer comme si j'allais mourir je l'entends juste pleurer je le vois quitter ma chambre je veux le suivre mais ne le peux, il m'empêche de bouger jusqu'à ce qu'il disparaisse je voit son ombre et de la lumière je n'ai pu bouger que lorsqu'il n'y avait plus de lumière je me suis alors précipiter voir si une lumière était rester allumée rien j entendis seulement un bruit venir de la chambre de mon fils je n'ai pas oser y entrer mais le lendemain matin quand mon fils se lève la 1ère chose qu'il me dit c'est "maman,papy est triste il te cherche" j 'en pleurait après ces paroles.

la 3ème fois
je me sentais pas bien j'avais soif et en buvant j'ai perdu ma force lâcher mon verre d'eau j'avais des nausées je pars en direction des toilettes ma force m' abandonne encore je tombe mais me rattrape à un mur m'écroule j'ai des sueurs froides et d'un coup je voyais mon corps allonger inanimé pendant 5 bonnes minutes j'ai perdu conscience ce qu'il ma fait revenir a moi c'est d' entendre mon père me dire oh relève toi! que t'arrive t'il? des gens ont besoins de toi!! je me suis lever et je sentais une main dans mon dos qui me retenait en position assise.

et la 4eme fois hier
1h du matin,mon homme regarde la TV au salon,moi je suis dans mon lit j 'entends mon homme rigoler devant sa série et d'un coup dans le lit derrière moi j' entends une voix masculine et celle de mon père (j'en suis sur) dire a 3 reprises "Amélie...? Amélie...? AMELIE...? de plus en plus fort et proche de moi tétaniser je pars en courant sans crier car il était tard ensuite j'entends "non ne ..." dès que j'ai quitter la chambre plus rien.
les fois où je suis seule je le sens beaucoup comme lorsque j'écoute ses musiques préférées ça le fait venir une fois il m'est arriver de sentir une émotion que je ne voulais pas exprimer je rigolait avec mon frère et d'un coup je me mets a pleurer pleurer pleurer sans le vouloir je me sentais tellement triste alors que j'étais en train de rigoler la seconde juste avant.

même lorsque je change ses affaires de place les bruits surgisse de ces endroits par exemple sa montre je l'avait mise dans mon armoire et après j'entends des bruits je décide de la changer de place pour voir ce qu'il se passe les bruits sont survenu de l'endroit où je l'ai mise actuellement.
les bruits,les voix et les contacts physiques sont devenus plus fréquents qu'avant mais même sans y prêter attention il trouveront toujours un moyen de se faire remarquer pour ne pas se faire oublier ou tout simplement rassurer en disant je suis prêt de toi au début je n'y croyais pas mais maintenant je suis sur que nos défunts reste a nos côtés ou nous rendent visite pendant nos rêves.
Emy73
Aspirant
 
Messages: 3
Enregistré le: Dim 13 Juil 2014 09:34


Re: Visites nocturnes éprouvantes ...

Messagepar DRACULA » Jeu 21 Aoû 2014 11:05

8-)

Bonjour "Emy"

Votre récit est captivant. J'ai éprouvé beaucoup d'émotions à sa lecture. Des émotions que je connais bien pour les avoir subi dans mon enfance, dans mon adolescence et, quelques rares fois, dans ma vie d'adulte.

Je me garderais bien d'apporter une tentative d'analyse des phénomènes que vous décrivez. Chacun est confronté à des situations qui lui sont, le plus souvent, très personnelles. Force est de constater que nous sommes nombreux à êtres confrontés à l'irrationnel. C'est un peu comme si la cause de ces curieux phénomènes s'adaptait à nos capacités de les appréhender. Comme s'ils s'adressaient à nous par une série de codes précis.

Merci pour cet agréable partage.

D.

8-)
Je poste mes textes sur les forums de mon choix et sous le pseudo de mon choix, car tel est mon bon plaisir.
Tous droits réservés - © - Depuis mon Blog -
Avatar de l’utilisateur
DRACULA
Curieux
 
Messages: 31
Enregistré le: Mar 15 Fév 2011 12:17
Localisation: Dans mon Manoir


Re: Visites nocturnes éprouvantes ...

Messagepar DRACULA » Sam 21 Mar 2015 13:36

Episode 9

Toute la journée qui suivie fut grise et plutôt fraîche. Aussi, le matin, Isabelle et moi, nous avons joué aux petits chevaux avant d'aller nous promener dehors. Nous ne pensions plus vraiment aux évènements de la veille. Isabelle m'avait bien montré l'endroit où il nous semblait avoir vu cette curieuse forme. En fait, la silhouette d'un grand sapin pouvait évoquer celle de quelque mystérieuse créature.

Je restais à regarder en gardant le silence. La maman d'Isabelle nous appella pour le repas de midi. L'après-midi serait consacrée à la visite de quelques artisants locaux dans la vallée. Après le dessert, Isabelle et moi étions conviés à aller nous préparer afin de pouvoir partir vers quatorze heure trente. Une fois dans nos chambres, nous nous préparâmes. A travers la cloison de bois, nous bavardions à haute voix.

Isabelle me demanda si c'était moi qui avait laissé la porte de son armoire ouverte. Je lui fis savoir que je n'avais pas mis les pieds dans sa chambre. En même temps, je découvrais que les trois tiroirs de ma commode étaient ouverts. J'en fis part à Isabelle qui me fit la même réflexion. Elle n'était pas non plus entrée dans ma chambre. Etait-ce marraine ? Lorsque nous lui avons demandé, la brave dame nous a assuré qu'elle n'avait pas pour habitude de laisser les portes et les tiroirs ouverts.

Notre visite aux villages de la vallée, tout l'après-midi, fut très instructive. Malgré notre jeune âge, Isabelle et moi, nous ne nous sommes pas ennuyés un seul instant. Nous étions de retour vers vingt heure. Aussitôt, marraine réchauffa notre repas du soir. Parrain, un peu fatigué, alla chercher du bois dehors pour assurer la flambée du soir. Il faisait un peu frais dans la maison. Rapidement la douce chaleur du feu de bois envahit l'espace. Le repas fut délicieux.

Vers vingt deux heure, après une longue partie de Monopoly, nous fûmes invités à passer à la salle de bain puis à monter nous coucher. En secret, parce que nous avions un peu peur, Isabelle et moi nous nous sommes mis dans mon lit, dans ma chambre. Nous étions ainsi à chuchoter lorsque soudain, le volet de la fenêtre s'ouvrit doucement. Il n'y avait pourtant pas le moindre souffle de vent dans la nuit.

Isabelle me prit la main. Je sentais la sueur perler sur mon nez. Mon coeur battait la chamade. Isabelle s'était cachée sous la couverture. La chaise, devant la petite table se mit à grincer comme si quelqu'un s'asseyait dessus. Il y eut le bruit d'un crayon comme si on écrivait sur une feuille de papier. Je sentais mon corps trembler aussi fort que celui d'Isabelle. Tous deux, nous ne respirions plus, tous nos sens aux aguets.

Ce curieux phénomène, accompagné d'une lourde oppression, dura quelques minutes. Soudain, tout bruit cessa. Le volet de la fenêtre se referma doucement. Je ne me souviens plus du temps qu'il nous a fallu pour que le sommeil nous gagne, mais je sais qu'au matin, Isabelle et moi étions blottis l'un contre l'autre. De toute la journée, nous n'avons plus évoqué les évènements de la nuit.

La journée suivante fut consacrée à la préparation de nos affaires et du chemin du retour. Vers quatorze heure nous prenions la route. Isabelle et moi restâmes étrangement silencieux, à l'arrière de la voiture. Ce ne fut qu'une fois seul, le soir, dans ma chambre, de retour à la maison, que...

Image
Je poste mes textes sur les forums de mon choix et sous le pseudo de mon choix, car tel est mon bon plaisir.
Tous droits réservés - © - Depuis mon Blog -
Avatar de l’utilisateur
DRACULA
Curieux
 
Messages: 31
Enregistré le: Mar 15 Fév 2011 12:17
Localisation: Dans mon Manoir


Re: Visites nocturnes éprouvantes ...

Messagepar N[A » Dim 5 Juil 2015 22:28

Tout d'abord, tout ça n'est peut-être que de l'imagination d'enfant ou une cause d'un rêve ou vous croyiez être éveillé.
Il y a aussi le paranormal mais dans ce cas vous n'avez pas à vous inquiéter, les enfants sont plus sujets à ces expériences que les personnes plus adultes, car ils ne sont pas encore "dans" ce monde ils sont encore insouciants et pures.
Je pense réellement que c'est ça et que rien n'a à voir avec vous en particulier.
N[A
Aspirant
 
Messages: 9
Enregistré le: Dim 5 Juil 2015 22:21


Re: Visites nocturnes éprouvantes ...

Messagepar DRACULA » Jeu 7 Jan 2016 12:56

Episode 10

J'étais dans ma chambre, assis à mon bureau. Je venais de terminer de ranger mes affaires dans l'armoire. Nous étions revenus pour dix neuf heure. La petite lampe éclairait mes cahiers d'école, mes crayons et mes stylos. Maman vint me chercher pour me demander de venir à table. Il était dix neuf heure trente. Papa et maman évoquaient les vacances d'été. Nous irions sans doute en Ecosse, dans la famille.

Je mangeais avec appétit. La montagne, ça creuse. Après le dessert, j'aidais maman à débarrasser la table. Papa me proposait de regarder les photos prises l'année passée, à Edimbourg, à St-Andrew ou encore à Aberdeen. J'aime l'Ecosse, la lumière, le climat, l'atmosphère et la gentillesse des écossais. Maman vint nous rejoindre au salon pour commenter les photos.

Vers vingt et une heure, tombant de fatigue, je retournais dans ma chambre pour me coucher. Je me déshabillais et revêtais mon pyjama. Je me couchais. Maman vint me faire la bise et éteignit la lumière avant de quitter la chambre en me souhaitant la bonne nuit. Je n'allais pas tarder à m'endormir lorsque soudain le bruit de quelque chose tombant au sol attira mon attention.

J'allumais la lampe de chevet. Au sol, il y avait un petit livre ouvert dont une photographie s'était échappée. Je ramassais le livre. Lorsque je me dirigeais vers l'étagère de la petite bibliothèque, j'eus l'impression soudaine de me retrouver dans un froid intense. Je me mis à greloter. Rapidement je revins dans mon lit. Dans cette partie de la chambre, la température était normale. Comment ce livre a t-il pu parcourir horizontalement les trois mètres qui séparaient l'étagère de mon lit ?

Ce livre, traitant de coquillages marins, était rangé sur l'étagère du haut. Là où je disposais tous les livres ayant trait aux sciences. Je les ouvrais rarement. Je ne l'avais plus consulté depuis plusieurs mois. Il n'y avait donc aucune raison pour que cet ouvrage se retrouve près de moi. Je restais interrogatif, cherchant une raison logique. Je ramassais la photographie.

Je retournais la photographie. Elle nous représentait, Isabelle et moi, assis devant la galette des rois, l'an passé, à la cuisine. Pourquoi ce phénomène qui réunissait une synchronicité évidente et un poltergeist tout aussi évident ? En effet, je venais de passer trois jours avec Isabelle et voilà que cette photographie la ramenait à moi. J'éteignis la lumière et me cachait sous les draps. Je tremblais longuement.

Je finis par m'endormir sans autres manifestations dérangeantes.

Le lendemain, en début d'après-midi, Isabelle vint me voir. Nous nous sommes assis dans le salon, sur le canapé. Maman nous proposa de la tarte aux pomme et de la tisane. Lorsque nous étions seuls, Isabelle me raconta ce qui lui était arrivé hier soir, vers vingt et une heure quinze, dans sa chambre.

Son récit relatait une aventure en tous points similaire à la mienne. Une fois couchée le bruit d'un objet tombant au sol avait attiré son attention. C'était un livre. Du livre s'était échappée une photographie prise par sa maman, l'automne dernier. On y voyait Isabelle et moi, assis sur le banc dans la véranda ! Elle me montra la photographie qu'elle avait emmené.

Je lui racontais mon histoire. J'allais chercher la photographie. Nous sommes restés étrangement silencieux un très long moment. Nous écoutions maman jouer du piano. Mozart accompagnait nos réflexions. Isabelle et moi, nous n'étions encore que des enfants, mais un étrange pressentiment nous envahi soudain tous deux.

Cette extraordinaire aventure est restée gravée dans nos mémoires...


Tous droits réservés - © - 2016 -

Image
Je poste mes textes sur les forums de mon choix et sous le pseudo de mon choix, car tel est mon bon plaisir.
Tous droits réservés - © - Depuis mon Blog -
Avatar de l’utilisateur
DRACULA
Curieux
 
Messages: 31
Enregistré le: Mar 15 Fév 2011 12:17
Localisation: Dans mon Manoir


Re: Visites nocturnes éprouvantes ...

Messagepar DRACULA » Jeu 25 Aoû 2016 12:40

Episode 11

Cet après-midi là, j'étais entrain de terminer mon second devoir de vacances. J'étais concentré sur un problème d'horaires de trains. Deux trains devaient se croiser à deux endroits différents. Dehors, une pluie fine d'été ne cessait de tomber. Maman entra dans ma chambre. Je devais commencer à préparer mes affaires pour notre départ pour l'Ecosse. Nous partirons d'ici trois jours.

Je n'ai pas vu Isabelle immédiatement. Elle suivait maman. Je fus très heureux de la voir. Isabelle, ma voisine, est plutôt douée en mathématiques. Elle tombait donc à point. Maman nous laissa. Immédiatement je montrais mon problème d'horaires de trains à Isabelle. Silencieuse, elle se mit à lire longuement l'énoncé. A haute voix, martelant les syllabes, elle relisait les phrases.

< C'est facile ! > s'écria t-elle soudain. Je la regardais, perplexe et dubitatif. Je ne trouvais pas ça facile du tout. < Regarde ! Tu fais comme ça ! > me fit-elle en m'expliquant la procédure à suivre, les calculs à établir et les conclusions écrites à en tirer. Et c'est vrai qu'avec Isabelle, tout cela paraissait si simple. Une vingtaine de minutes plus tard j'écrivais la solution de ma plus belle écriture.

Isabelle et moi, nous passions beaucoup de temps ensemble. Durant un mois, nous n'allions plus nous voir. Je partais avec mes parents pour l'Ecosse, dans la famille. Isabelle ne partait que quinze jours chez sa tante en Vendée. Aussi, comme tous les enfants, nous nous faisions les promesses de nous écrire et de nous revoir au plus vite. Comme les adultes aussi. Parfois...

Nous sommes restés dans ma chambre jusqu'au soir. Avec la pluie, le ciel gris et bas, une certaine obscurité était constante. Je proposais à Isabelle de monter au grenier. Je lui laisserais des vieux livres. Elle était toujours heureuse de monter au grenier. Notre grande maison, comprenant un étage, avait un grand grenier. Une vraie caverne à mystères. Des secrets recouverts de poussière.

Depuis ma chambre, au premier étage, il était simple de monter au grenier. Une porte, au fond du couloir, donnait sur un escalier étroit. Comme souvent, Isabelle et moi nous sommes montés sur la pointe des pieds, sans faire de bruit. Maman estimait que ce n'était pas le terrain de jeux idéal pour des enfants de dix ans. Nous sommes restés silencieux, respirant les odeurs enivrantes des vieilles choses.

Isabelle aimait s'asseoir dans la chaise à bascule. Elle riait en se balançant d'avant en arrière. J'aimais la regarder faire des choses drôles. Je montais sur un escabeau. J'attrapais une grosse encyclopédie ancienne. Papa adorait accumuler des vieux bouquins plus épais les uns que les autres. Il y avait donc quantité de vieux ouvrages de toutes sortes. Nous étions rapidement absorbés, Isabelle et moi, à regarder des gravures en noir et blanc.

Isabelle me montrait les gravures représentant les ruines de vieux châteaux. Des personnages vêtus à la façon du XIX ème siècle y évoluaient. Soudain, là, sur notre droite, la porte de la grande armoire s'ouvrit en grinçant. Mon cœur se mit à battre dans ma poitrine. Isabelle était pâle et retenait sa respiration. Une vieille poupée de chiffon tomba au sol depuis l'armoire. Nous avions tous deux la peur au ventre.

Nous sommes restés ainsi, sans bouger, un long et indéfinissable moment. Plus aucun bruit. Rien. Un rayon de pauvre lumière, provenant du cercle de la fenêtre, éclaira la poupée. Les paillettes scintillantes de poussière dorée semblaient voler dans tous les sens. Lentement, nous reprenions nos esprits d'enfants. Je me levais pour ramasser la poupée. < Je vais la garder jusqu'à ton retour ! > me fit Isabelle en l'époussetant.

Nous prenions le chemin de l'escalier. Isabelle derrière moi, je passais le premier. Soudain, en grinçant, la porte de l'armoire se fit entendre à nouveau. Nous nous sommes tous deux retournés prestement. Juste pour voir l'huis se refermer dans un claquement sec. Nous avons dévalé l'escalier à toute vitesse. Nous sommes descendus à la cuisine. Maman nous avait préparé le goûter...

Tous droits réservés - © - 2016 -

Image
Je poste mes textes sur les forums de mon choix et sous le pseudo de mon choix, car tel est mon bon plaisir.
Tous droits réservés - © - Depuis mon Blog -
Avatar de l’utilisateur
DRACULA
Curieux
 
Messages: 31
Enregistré le: Mar 15 Fév 2011 12:17
Localisation: Dans mon Manoir


Re: Visites nocturnes éprouvantes ...

Messagepar Catus » Ven 14 Oct 2016 16:27

A quand la suite de ce récit captivant?
Catus
Aspirant
 
Messages: 2
Enregistré le: Ven 14 Oct 2016 16:12

PrécédenteSuivante

Retourner vers Index du forum

Retourner vers Fantôme - Esprit

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités